Des politiciens Camerounais dans l’arene Facebook.

Après la sortie du ministre de la formation professionnelle, Grégoire Owona (RDPC), qui voyait à travers quelques questions une responsabilité du leader du SDF, dans la dégénérescence politique actuelle, ce dernier a jugé de répondre par le même canal. Aussi, des internautes n’ont pas manqué d’user de cette situation pour relancer leurs questions sur la gestion de la chose politique au cameroun, et notamment sur le laxisme de l’opposition. Le leader du parti politique Social Démocratic Front (SDF), a jugé hier, d’y apporter un recadrage et ceci une fois encore via Facebook. Ceci survient alors que, le Cameroun essuie encore, l’Incompréhension de la condamnation à vie d’une des fugures politique du Nord et du sud-ouest, Ayuck Tabe.

Café de L’INFO

*À M.Gregoire OWONA.*

J’ai lu votre intervention publiée dans les réseaux sociaux, relativement à ma réaction sur la condamnation de Sisiku Ayuk Tabe et autres.

Y faisant référence, vous posez un certain nombre de questions notamment: « avez-vous pensé à notre économie et à tous ces travailleurs dont les entreprises sont fermées et qui ont été licenciés? », « que dites-vous à tous ceux qui ont connu le deuil, qui ont connu les pires atrocités ? ». Le seul mérite de ces interrogations est que vous posez des questions pertinentes, malheureusement sur le tard et surtout en vous trompant manifestement de destinataire. Je suis une victime, comme beaucoups de camerounais, de cette guerre civile et je sais de quoi je parle. Il est connu de tous, sauf pour les esprits potentiellement irrationnels, que le véritable responsable de l’enlisement de cette crise est votre « créateur » M. Paul Biya. Et c’est à lui seul que vous auriez dû vous adresser. Pas à quelqu’un d’autre. Il est constant que s’il était descendu de son piédestal et avait anticipé sur cette crise, nous n’en serions pas là. Le bilan effroyable enregistré jusqu’ici et qui est connu de tous fait partie de sa gestion catastrophique à la tête de l’État. Gérer c’est prévoir et le dialogue inclusif tant réclamé par le SDF, d’autres partis politiques ainsi que la société civile et le clergé, aurait dû être organisé dès le déclenchement de cette crise. Le malheur de notre pays est justement l’absence de leadership au sommet de l’État. Le pouvoir absolu, rien que le pouvoir absolu et sans partage, telle est la devise de ce régime.
Comme si cela ne suffisait pas, vous semblez vous satisfaire dans votre intervention laborieuse de la décision de justice militaire en proclamant que  » la justice à mon humble avis a fait son travail ». Vous parlez évidemment de « votre » justice. Celle qui vous est inféodée. Pas la justice de la République du Cameroun. Oui, « votre » justice a fait « votre » travail sur la base d’une feuille de route contenue dans votre agenda caché relativement à cette crise anglophone. Celui d’acter une partie de votre agenda caché qui consiste entre autres à perpétuer à tout prix et à tous les prix la discrimination dont font l’objet nos compatriotes anglophones. Sinon, comment expliquer la composition du collège des juges et la présence d’interprètes anglais/francais dans un tribunal d’un pays bilingue? Comment comprendre qu’après trois années de guerre, vous refusez obstinément de créer les conditions propices d’un retour normal à l’école en septembre prochain. Comment expliquer qu’après 20 mois de présence a la barre, il a subitement fallut bâcler ce procès à quelques jours de la rentrée scolaire que tout le monde qualifie comme étant celle de tous les dangers?
Oui, je persiste et signe qu’il s’est agi d’un simulacre de justice. Oui, il s’est agi d’une grosse farce. Devrais-je vous rappeler certaines dispositions contenues dans les Principes et directives de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples notamment celles qui stipulent en son point L-a que « les tribunaux militaires ont pour seul objet de connaître des infractions de nature purement militaires commises par les militaires » et en son point L-c que « les tribunaux militaires ne peuvent, en aucune circonstance, juger des civils »? Oui, il s’est agi d’un simulacre de justice, d’une grosse farce. Quand sur la forme, un procès ne respecte pas les canons ou principes établis de la légalité et de la juridicité, tout le reste est faux, faussé et nul. Avez-vous respecté ces dispositions supra nationales qui de toute évidence l’emportent sur les lois nationales en vertu du sacro-saint principe de la hiérarchie des normes juridiques ? Le Cameroun qui a pourtant ratifié la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples le 20 juin 1989 avait l’obligation d’intégrer ces Principes et directives dans ses lois nationales en vertu de l’article 45-c de ladite Charte. Vous avez refusé de le faire depuis novembre 2017, soit un an après le déclenchement de cette crise, pour assouvir votre agenda caché.
Retenez simplement une chose et transmettez-le à celui qui aurait dû être le véritable destinataire de votre pamphlet : on n’éteint pas le feu avec du feu quand de surcroît on est le pyromane en chef.
M. Paul Biya portera sur sa conscience le bilan catastrophique de cette crise dans les deux régions du nord-ouest et du sud-ouest et la mémoire collective le tiendra pour principal responsable de ce désastre humanitaire, social et économique devant l’Histoire de notre cher pays.

Pour finir, il est évident que votre régime en fin de règne est totalement dépassé par cette grave crise qu’il a lui même créée. C’est la raison pour laquelle je vous réitère dans la résolution finale de cette crise qui n’a que trop duré, l’offre de nos bons offices sans contrepartie, maintes fois proposée a votre haute hiérarchie et restée lettre morte. Plutôt que d’être déçu par les positions républicaines, il serait bien évidemment temps de s’attrister aussi du sort de nos compatriotes survivants dans les deux régions anglophones. Depuis 48h, Bamenda se vide. Buea se vide. Pratiquement toutes les localités de ces deux régions se vident. Les populations s’empressent pour rejoindre les villes de la partie francophone. Elles ont pris d’assaut les agences de voyages pour fuir les 20 jours de villes mortes qui s’annoncent rudes après le verdict rendu par « votre » justice. Pourtant un simple dialogue aurait pu nous éviter tout ce supplice.
Je condamne la secession, je condamne la violence, je condamne la guerre et je condamne surtout l’absence de justice qui nourrit la sécession, la violence et la guerre.

À transmettre vivement à celui qui aurait dû être le véritable destinataire de votre post.

*Hon. Joshua N. OSIH*

Drunkards Beat Soldier On COVID-19 Patrol To Coma

Brig. Richard Karemire – theinsider.ug
Brig. Richard Karemire – theinsider.ug

A Ugandan soldier at a rank of Major was rushed into a hospital on the night of Tuesday, May 26, 2020, after being beaten by drunkards while enforcing presidential directives on curfew to combat the spread of the Coronavirus pandemic.

 

Curfew was one of the directives that President Yoweri Museveni put in place to reduce robbery during the lockdown, starting from 7 pm to 5 am daily.

According to Uganda People’s Defense Forces (UPDF) spokesperson Brig. Richard Karemire, Major Robert Nkwasibwe was commanding a patrol when the joint security team was attacked by locals.

“On the night of May 26, 2020, a group of drunkards at Gala Trading Centre in Kyankwanzi District attacked a joint patrol of police and UPDF who were enforcing the night curfew in the area,” he said.

 Before backup arrived at the center, Major Robert Nkwasibwe who was commanding the patrol at the line was seriously clobbered on the head and neck rendering him unconscious, Karemire added.

Soldiers have been attacked by civilians while enforcing presidential directives meant to combat the spread of COVID-19

In April another soldier lost his eye in Amuru district in Northern Uganda by an unidentified group of people while enforcing presidential directive on curfew.

Uganda now has 329 confirmed COVID-19 cases with zero death in a pandemic that has globally infected close to 6 million people with 364 thousand deaths.

Explosion à Lyon

Une explosion est survenue vendredi 24 mai, vers 17 h 30, à l’angle de la rue Victor-Hugo et de la rue Sala, dans le centre-ville de Lyon. L’explosion a fait treize blessés légers, d’après une source proche du dossier. Selon nos informations, un homme suspecté d’avoir déposé à vélo un colis piégé est recherché par la police. La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête.

Le maire du IIe arrondissement de la ville, Denis Broliquier, a déclaré que le suspect avait pu être filmé par les caméras de vidéosurveillance. « Une petite fille de 8 ans a été blessée (…). On est plutôt rassurés puisque visiblement il n’y a pas de blessé grave mais en revanche on a une certitude, c’était un engin explosif », a-t-il ajouté.

#AGRICULTURE : le Cameroun réalise sa plus mauvaise performance sur les exportations de bananes au cours des trois premiers mois de l’année 2019. selon l’association Bananière du Cameroun , (ASSOBACAM), ses exportations de bananes sont en baisse de 1530 tonnes. En janvier et février 2019, les producteurs de bananes en activité au Cameroun, affichaient des exportations de 21 497 tonnes par mois. Selon le quotidien le jour édition du lundi 8 avril 2019, qui s’appuie sur des statistiques obtenues auprès de l’Association Bananière du Cameroun, «au mois de mars 2019, les exportations de bananes étaient estimées à 19.967 tonnes. Soit une baisse de 1530 tonnes par rapport aux mois de janvier et février». Cette nouvelle contreperformance «confirme la chute continue de la production de la banane à cause de la crise socio-économique dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Deuxième plus grande productrice de bananes du pays, la Cameroon Development Corporation (CDC) qui produisait mensuellement 16 000 tonnes et dont les plantations sont situées dans la région du sud-Ouest, a cessé ses exportations depuis le mois de septembre 2018». D’après des dirigeants de cette entreprise publique, «la CDC produit à peine 2000 tonnes de bananes par mois. Pour les 19 967 tonnes exportées au mois de mars, 18 600 tonnes proviennent de la société des Plantations du haut Penja (PHP), filiale de la Compagnie fruitière de Marseille, et 1 367 tonnes pour Boh Plantations. Par ailleurs, précise cette organisation professionnelle, c’est la première fois que les exportations de la banane camerounaise se situent en deçà de 20 000 tonnes par mois», relève le journal. #BRISSE #MakeMoney

Liberté De la presse

La journaliste d’Equinoxe Radio et Télévision Mimi Mefo incarcérée à la prison centrale de New-bell

Accusée d’atteinte à la sûreté de l’État, son choix de reprendre sur sa page facebook, une information dans laquelle l’armée camerounaise est accusée d’avoir assassiné un missionnaire américain à Bamenda, aurait mis le régime de Paul Biya en colère.

23h30, mercredi 07 novembre 2018. La porte de la prison de New-Bell se referme sur Mimi Mefo. Emprisonnée pour avoir fait son métier de journaliste. C’est l’épilogue d’un long après-midi qui commence à 14h chez le Commandant en second de la Légion de gendarmerie du Littoral à Bonanjo. Après plus de six heures d’audition avec un chef d’accusation portant sur la diffusion de fausses informations,

La journaliste Mimi Mefo, entourée de ses confrères, collègues et une dizaine d’avocats, est transférée au Tribunal militaire, toujours au quartier Bonanjo.

Là-bas, le Commissaire du gouvernement, contre toute attente, requalifie le chef d’accusation en atteinte à la sûreté de l’État. Après un bref entretien avec ses hôtes, le commissaire du gouvernement décide de placer l’accusée sous mandat de dépôt à la prison centrale de New bell..Mimi Mefo, très sereine, imperturbable, est immédiatement menottée et conduite sous forte escorte par des gendarmes armés au tristement célèbre pénitencier de l’arrondissement de Douala 2e.

Malgré la mobilisation des avocats d’Equinoxe et ceux du Snjc (Syndicat national des journalistes camerounais) ,Nonobstant la pertinence des arguments de la défense, La justice militaire a finalement décidé qu’elle sera jugée dans le cadre dun procès à venir. Avant de disparaître derrière la porte de la prison, la célèbre présentatrice de journaux a laissé à ses accompagnateurs un visage illuminé par un grand sourire.

Comme pour dire, grâce à la mobilisation de ses proches, de ses fans, et de tous ceux qui sont épris de justice, elle sortira bientôt de cet enfer. Les avocats ci-dessous, ont défendu la journaliste durant le premier épisode de cette rocambolesque affaire,

Le Collectif avocats pour defendre Mimi Mefo :

Me Alice Nkom

Me Robert Nana

Me Emmanuel Ashu Agbor

Me Tomas Nzeugang

Me Limen Spidy,

Me Akabum Watson

Me Richard Tamfu

Me Fenelon Mahop Sen

Me Bernard Moussi

Me Jean Pierre Yotda

Me Limen Nkamwah

P/ Le BEN- SNJC

Le Secrétaire général

Quoi qu’il en soit, tout est parti pour une série des plus intéressantes au Cameroun la presse camerounaise les internautes et les politiciens Simple s’être approprié le débat sur les réseaux sociaux.

Du Cameroun c’est le Cameroun!

Dans un des ouvrages que j’ai eu le plaisir de lit à plusieurs reprises déjà, figure celui-ci: les 50 nerfs de la honte…

L’auteur Màsee M’a Lon, 10 : « savez-vous pourquoi le sel à révolutionner la cuisine ? Inutile d’avoir recours à une inspiration divine pour trouver l’encolure de cette énigme

apparemment bambine . Cela semble peut-être con j’imagine !

Comme la majorité des décisions anodines et sauvagines,

qui massacre la jeunesse jusqu’à la racine, la réduisant à des objets mécaniques ou machines,

Que l’on embobine et rebobiner telle une turbine programmée pour mourir de la grippe porcine,

Dans sa quête du bonheur au boulevard des Capucines ;

rêve devenu chimérique au pays des sept collines ».

Le titre de ce chapitre est : la nation des laissés-pour-compte.

Je me plairais bien de continuer la lecture de cet ouvrage passionnant, mais la partie que je vous ai déjà donné à lire résume élégamment, la tenue des élections, du moins l’évolution politique du Cameroun c’est cinq dernières années.

Puisque en 2000, le seuil de pauvreté au Cameroun atteint les 48 %, et une année plus tard c’est à 10 en 2001 le Cameroun atteint les 30 % de taux de chômage et pourtant riche foncièrement suis dans le domaine de l’Hydrocarbure avec aussi des richesses telles que:

Le pétrole l’aluminium le bois,Le café le coton la banane et le cacao, Le pays va atteindre les 5,16 milliards de dollars d’exportation de ses formes de richesse en 2017. Tout cela bien su, va propulser le Cameroun en 2017 dans les 34,798 milliards de dollars de PIB.

Si je vous donne tous ces chiffres et bien c’est parce que au cours de l’année 2017, le Cameroun a atteint 7,38 milliards de dollars un thème de dette publique. Et vous savez quoi ?

La recette publique du Cameroun en 2004 était déjà de 4 milliards de dollars.

C’est à dire qu’en deux années de Cambronne aurais pu rembourser sa dette publique si on s’en tient aux transports aux expos des matières premières des ressources industrielle et minières le Cameroun aurais eu largement de quoi rembourser la dette publique.

Déjà pour commencer c’est quoi la dette publique ?

Selon un confrère,

« La dette publique, c’est la dette de l’Etat. Elle représente la totalité des engagements d’un Etat (les administrations centrales, locales et de sécurité sociale) à une date déterminée ; elle est le résultat des flux de ressources empruntées et remboursées par un Etat jusqu’à cette date. En effet, les recettes de l’Etat  ne suffisent presque jamais à financer toutes ses dépenses. L’Etat présente donc souvent en fin d’année un solde budgétaire négatif, aussi appelé déficit public. 

Pour faire face à ce déficit, un Etat emprunte sur les marchés financiers. A la différence d’un ménage, un Etat n’emprunte généralement pas auprès d’une banque, mais émet des titres, essentiellement des obligations, sur les marchés. Il s’engage à rembourser ces obligations, en payant des intérêts, à une date future. Malheureusement, depuis environ deux ans, beaucoup d’Etats ne parviennent plus à se financer sur les marchés financiers à des taux raisonnables »

Selon moi en toute humilité voici le réel problème du Cameroun le problème de l’indépendance financière est de la sortie ou de la réduction de la dette publique. Ceci m’entraîne inéluctablement à 2018. Années au cours de laquelle le Cameroun a connu le 7 octobre dernier des élections présidentielles dans le but n’était autre que de crier de l’effervescence autour du départ du président Paul Biya.

Huit candidats étaient en ligne pour briguer le siège de Paul Biya nous avons eu lieu à un réel feuilleton télévisé à la dernière minute la coalition entre Mouna tandem est le candidat du M RC Maurice Kamto, Qui a joué le rôle d’un tremplin sur la scène médiatique camerounaise il est bien entendu attirer les regards vers ce candidat là qui représenter déjà à lui seul la moitié des Camerounais. Au soir des élections, des normes fraude enregistrer bourrage Des urnes, séquestration et arrestation arbitraire des représentants des partis d’opposition, molestassions il fraude organiser et structurer dans des régions Dites anglophones.

À 14h exactes le candidat investi du parti univers ce que tenait devant le monde entier via le média Facebook pour 10 son mécontentement et ainsi tirer la sonnette d’alarme Quant aux agissements du parti en place est à l’institut que tu censé organiser les élections présidentielles ELECAM.

48 heures plus tard c’est les mois, c’est la stupéfaction, c’est l’incompréhension : le candidat Maurice Kamto viens tout juste de proclamer sa victoire, en conformité avec l’article 113 du code De procédure électorale. La scène médiatique un pull rose des menaces ministériel diplomatique et même internationale père c’est désormais sur le Cameroun, car la crise post-électorales n’est plus une supposition mais une menace factuel.

En France en Belgique, en Allemagne aux États-Unis aussi la diaspora quand mon aise est en ébullition. Ça y est la langue pour voir des manifestations devant des ambassades. En France quelques semaines avant l’arrestation ou dirais-je la mise en captivité et en esclavage des ressortissantes du Cameroun par un groupe de Proxénète avait déjà alerté la communauté internationale. Les événements se succèdent très rapidement sur Facebook, YouTube Vimeo les clash d’internautes n’en finit pas.

Il faudrait attendre pratiquement 8 jours pour entendre le président de la cour suprême Déclaré toutes tous les recours et plaintes déclarées par les représentants de l’opposition d’irrecevables.

Partout au Cameroun la stupéfaction atteint son paroxysme à l’international les médias n’en font presque pas écho. Le Cameroun est Alors isolé, L’opposition muselée. les journalistes camerounais semble avoir les yeux fermés, Se taire ou mourir !

Le théâtre va durer plusieurs jours à la cour suprême du Cameroun et même au sein de cette cour très peu d’opposants prends la chance du mois, l’autorisation de pénétrer l’enceinte de cette structure.

Le bilan est fait on écoute de brillants avocats Fais montre de sagacité. Le bilan va tout de même tomber et le président de la cour suprême réitéra encore la notion d’irrecevabilité.

C’est le chaos total, la désillusion l’opposition camerounaise a tout fait mais face à des juges Préréglé, il n’avait rien à faire.

Les clash médiatique sont reparti de plus belle, puisque la presse camerounaise a vendu son objectivité au diable, la jeunesse camerounaise qui représente prés de 70 % de la population, a donc commencé à relayer les informations. La crise anglophone, les manquements du gouvernement, la corruption, le chômage, l’intimidation et le culte de la personnalité au Cameroun en sont Les ingrédients.

Aujourd’hui Paul Biya va t’être déclaré président de la république du mois son installation en tant que tel pour un septième mandat l’addition est faite ce sera 36 + 7 ans.

On a presque rien fait à un film d’action ou le suspense atteint son paroxysme. Est-ce que, l’homme de 86 ans fera encore sept ans au pouvoir ?

Si jamais, il advenait que Paul Biya meurt dans l’exercice de ses fonctions que deviendrait le Cameroun ?

Est-ce que l’opposition va accepter une décision aussi habiterai que de savoir que Paul Biya est le président avis du Cameroun et ceux à travers des élections prise en otage et piloter depuis 2016 ?

Est-ce que, la détermination et la preuve de courage dont a fait montre, le candidat majoritaire de l’opposition, donnera de la force au Cameroun est des raisons de revendications de leurs implications dans le jeu politique plus qu’ils ne le faisait jadis ?

Toutes sont faites, il n’y a que les camerounais qui semble de comprendre le Cameroun.

Parce que le Cameroun, et bien, c’est le Cameroun.

Cameroun: entre casque bleu et confusion.

Même s’il fallait s’y attendre, l’ ONU a finalement déclaré une crise humanitaire dans la région anglophone du Cameroun et 15 millions de dollars américains sont attendus pour fournir une aide vitale et prévenir d’autres difficultés pour la population touchée.

Aussi, il faut noter que depuis plus de deux ans, la situation prend une empleur de guerre civile. Puisque, l’entrée progressive de la police, mais surtout de l’armée n’a pas amélioré les choses. Le Bataillon d’intervention rapide(BIR) quant à lui, n’aurait fait qu’empirer la situation déjà presque chaotique déclare une source à Bafout. Selon la même source, le BIR se livre à un exercice de chasse à l’homme: « ils nous tracque tel des animaux jusque dans nos chambres, c’est à croire que leur mission est de rependre la peur ici ».

En ce qui concerne les Usa, il se dit qu’une campagne d’intervention ou d’assistance à l’armée Camerounaise se prépare. Nul besoin de rappeler que une telle situation serait de stabilisatrice pour le régime d’étoudi.

Alors qu’il est encore l’un des rares chefs d’Etat en Afrique avec une telle longévité au pouvoir, 36 ans, le président camerounais Paul Biya est de plus en plus contesté dans son pays. Une situation qui tend à se propager à l’extérieur. Ce vendredi 18 mai 2018, les Etats-Unis ont appelé le numéro 1 camerounais à penser à son avenir.

L’administration Trump n’y est pas allée de main morte. Dans un communiqué rendu public par l’ambassade des USA à Yaoundé, l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, Peter Henry Barlerin, a invité Paul Biya âgé de 85 ans depuis février dernier, à «penser à son héritage et à faire comme Nelson Mandela et George Washington». Le chef de la représentation américaine qui intervient ainsi 24 heures après avoir été reçu en audience par le président camerounais au palais de l’Unité à qui il avait retransmis les félicitations de Donald Trump, le président américain, pour la fête de l’Indépendance du Cameroun (commémorée ce dimanche 20 mai), a fait ressortir l’histoire respectivement de l’ancien président sud-africain et de l’ancien président américain qui avaient tous les deux, faciliter la transition politique dans leurs pays, pour demander au chef d’Etat camerounais de «réfléchir à son héritage et à comment il souhaite que l’on se souvienne de lui dans les livres d’histoire», suscitant dans la foulée, la colère de Yaoundé.

Vives réactions des autorités

Les suggestions de l’ambassadeur américain ne sont pas du goût des autorités camerounaises. Elles ont provoqué de vives réactions de la part du gouvernement. Sur une chaîne radio, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, s’est voulu sec, indiquant que le peuple camerounais est «souverain», et n’est «pas disposé à accepter quelque diktat que ce soit de la part de telle ou telle puissance». Le responsable a poursuivi soulignant que le chef de l’Etat camerounais est «un homme d’honneur, soucieux, naturellement, de la lecture qu’on fera de lui une fois qu’il aura organisé sa succession le moment venu». Le porte-parole du gouvernement camerounais est «persuadé» que Paul Biya «entrera dans l’histoire par la grande porte, parce qu’il est conscient de sa responsabilité», et qu’«il ne s’écoule pas une seconde sans qu’il ne pense à l’avenir» du Cameroun.

La crise dans le nord-ouest et sud-ouest évoquée

Par ailleurs, dans son intervention, Peter Henry Barlerin s’est aussi appesanti sur la crise sécessionniste qui sévit dans les zones anglophones du pays. Le diplomate américain a surtout accusé l’armée camerounaise de commettre des «assassinats ciblés» dans les régions du nord-ouest et sud-ouest lesquelles sont les plus frondeuses. Barlerin a aussi condamné les «meurtres de gendarmes» et «enlèvements de fonctionnaires» perpétrés par certains activistes séparatistes. L’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun a ensuite fustigé les incendies, les pillages de villages par les forces de défense et de sécurité mais également les détentions de présumés sécessionnistes privés de soutien juridique, familial ou de la Croix-Rouge.

Notons que les affrontements entre sécessionnistes «ambazoniens» et l’armée camerounaise ont déjà fait depuis le début en 2016, quelques 120 morts dans les rangs des civils et 70 dans les rangs des militaires.

Incohérence: paix ou guerre?

Aujourd’hui tout c est bien passé, j ai petit-déjeuner, lu mes mails. Sauf que je ne pouvais pas savoir que la FN Herstal,Glock, Lockheed Martin,Boeing , BAE Systems,Almaz-Anteï,Thales, allaient me donner l’envie de vomir.
chaque année, ces géants de l’armement, investissent des centaines de milliards pourquoi? et bien pour créer des armes des instruments de mort qu’ils vendent aux plus riches. What?🤑
Alors que disent nos potes les « journalistes »? et bien que:
« Le très réputé institut de recherche international sur la paix de Stockholm (Stockholm international peace research institute, SIPRI) rend ce lundi 20 février son rapport sur les transferts d’armements dans le monde. Résultats : les ventes d’armes ont augmenté de 8,4% dans le monde en 10 ans. Palmarès des meilleurs vendeurs et des plus gros acheteurs ». 🙄
ca ne vous donnent pas envie de devenir journaliste ? moi ca me degoutte.
réussir a parler des ventes d’armes sans liér l’augmentation de cette dernière aux guerres qui deviennent preque vulgaire, je dis c’est du génie.
on continu:
« Sur la période 2012-2016, jamais autant d’équipements militaires n’avaient été achetés en si peu de temps depuis la fin de la Guerre froide. Selon l’étude, 57 pays dans le monde sont désormais des exportateurs d’armements évolués, mais le n°1 reste les Etats-Unis, qui totalisent à eux seuls le tiers des ventes dans le monde ». normal n’est-ce pas? il faut bien préserver la paix.🤐
Avions de combats, missiles de croisière, munitions de précision, systèmes anti-missiles, les Etats-Unis vendent de tout et équipent une centaine de pays dans le monde. Le Moyen-Orient reste leur premier marché, principalement l’Arabie Saoudite ces 10 dernières années. aussi,
Au Moyen-Orient, l’Arabie Saoudite, en guerre au Yémen, a plus que triplé ses achats d’armements ces 5 dernières années, suivie du Qatar et dans une moindre mesure des Emirats Arabes Unis et de la Turquie.
 
En Afrique, a l’échelle du continent, les importations ont baissé de 6,6%, mais le Maghreb se livre toujours à une course aux armements. Ainsi, les commandes de l’Algérie représentent à elles seules 46% des achats d’armes sur le continent, suivies du Maroc, avec 15% de la totalité. En Afrique subsaharienne, les plus gros acheteurs sont le Nigeria, le Soudan et l’Ethiopie, 3 pays en zone de conflit, note le SIPRI.
voici ce que dit l’ONU:
« L’un des buts des Nations Unies, comme énoncé dans sa Charte, est de parvenir à « la réalisation de la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d’ordre économique, social, culturel ou humanitaire ». L’action humanitaire de l’ONU a débuté au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans une Europe dévastée dont elle a aidé à la reconstruction. A l’heure actuelle, la communauté internationale compte sur l’Organisation pour répondre aux catastrophes d’origine naturelle ou humaine, auxquelles un pays, réduit à ses propres moyens, ne pourrait faire face ».
Alors j’interpretes, apres la 2emme Grande guerre, l’Europe affaiblie et détruite, découvre le bien fait de l’humanitaire, se fait aider et devient ce qu’elle est ?
conte de fée n’est-ce pas?
la vérité.
Il y a plus 70 ans, le 1er septembre 1939, la 2nd guerre mondiale commença – en Europe ! En Afrique une guerre internationale était déjà en cour depuis 1935 en Éthiopie impliquant des soldats de 17 nations et 3 continents. En Asie aussi, l’agression japonaise contre la Chine avait commencé en 1937. Jusqu’en 1945 des millions de soldats du Tiers Monde ont contribué significativement à libérer le monde du fascisme européen et la mégalomanie japonaise. Indiens et chinois, africains et latino-américains, philippins et polynésiens, ces hommes et femmes des quatre continents étaient volontaires ou recrutés de force par les armées coloniales. Des parties importantes du Tiers Monde, de la côte sud-américaine à l’Afrique du Nord en passant par le Proche-Orient et l’Inde furent aussi dévastées pendant la guerre. Et il y eu plus de civils tués pendant la libération de la capitale philippine Manila que lors des bombardements sur Berlin ou Dresde. Des faits trop souvent inconnus ou refoulé et qui ne figurent pas dans la l’histoire officielle de la Seconde Guerre Mondiale. Cette exposition est dédiée à ce chapitre oublié de l’histoire. mais ces hommes et femmes qui ont guerroyés pour le nord global, ont-ils jamais été ne serait-ce que inscrit entre les lignes de l’histoire? entrainés comme de vulgaires masses d’aires vers l’oubli, ni eux ni leurs peuples n’ont connus le respect qui leurs ait due. Au contraire, après avoir vue de quoi ils étaient capable, la honte et la peur de restaurer la colonisation étaient trop importante pour perdre un tel atout. Dès l’or va naitre l’idée de démocratie. Basé sur des valeurs humanistes auxquelles seul les États pauvre se doivent d’adhérer. Puis les aides qui cachent la vente d’arme et l’existence des Taxes coloniales encore présentent au sein de certains pays Africain.
L’ONU, plus hautes intense politique mondiale, n’a jamais lever le petit doigt pour remettre les choses en ordre pour la pure et simple raison que ses dirigeants sont ceux la qui financent, arment, exploitent et détruisent les États qui veulent renforcer leurs souveraineté vis-à-vis d’eux et de leurs ignobles avantages qu’ils tire de la prolifération des guerres.

Black Panther € ou soucis culturels?

Beaucoup me demande mon opinion sur le nouveau film Américain The Black Panther ou encore la panthère noire.

Le film

Et bien laissez moi vous demander pourquoi celui là, et pas un autre? Hollywood dirige d’une main de fer le cinéma depuis près de 123 ans. Un leadership sans partage, car loin de moi l’envie de comparer inspecteur Derrick, le Renard ou Hélène et les garçons aux monuments cinématographiques américains aux rang desquels: 24 heures chrono, ou les Experts.

Quoiqu’il en soit, ces grandes productions n’en seront pas moins budgétivore ou pire aculturationiste: le cinéma occidental transpose fièrement la société ségrégationniste a laquelle, les minorités sont soumises au grand écran. Les noirs sont Gangster ou marginaux tandis que les Arabes sont terroristes, les Russe conspiration ist es et tueur sans état d’âme; les Asiatiques experts d’arts martiaux…

Rendant ainsi satisfaction à un public qui s’y retrouve et s’y reconnaît. Cette dernière n’est ni le cas dans les anciens films de supers héros déjà sortis moins encore dans le cas précis de la panthère noire:

Le film bien que futuriste ne diffèrent pas trop de l’intrigue de Wonder Woman.

Car Boseman, le héros tout comme Patty Jenkins, sont loin de la civilisation telle qu’on la connaît en Afrique et en occident. puisqu’on parle de film américain, ils vont devoir abandonner leurs mondes pour aller dans le monde américain ce qui fait perdre toute sont authenticité au choix du personnage (pourquoi un super héros noir se battrait contre les mêmes méchants armés d’armes automatiques de Gotham City ?

Personnellement je dois avouer que le film en soit est bon mais c’ est l’idée de concurrence qui a motivé son tournage qui m’offusque.

Depuis les années 30, DC Comics et Marvel s’affrontent sans répit. Les deux plus célèbres maisons d’édition de comics tentent de rivaliser d’ingéniosité pour conquérir le cœur des lecteurs. Cette guerre s’est même progressivement déplacée du papier jusqu’au grand écran ces dernières années. Chacune des deux franchises a sa façon à elle de se représenter ce qu’est un super-héros. Tantôt un être aux pouvoirs exceptionnels, tantôt un humain qui traverse de rudes épreuves… Mais il arrive aussi que les rivaux s’inspirent entre eux

Marvel vs DC.

Un. Choc de riches puisque très peur de super héros est pauvre ironie ou coïncidence ?

Le film black Panther sonne faux les images sont fakes on note direct que tout est fait sur fond vert et que la production n’ a jamais mis pied en Afrique lieu où 95% du film aurait dû être tourné. En revanche, le producteur ne s’est pas encombré de détails pour faire un voyage du côté de la Corée du Sud, pour tourner une scène de casino et la fameuse scène de poursuite de voitures.

De plus compte tenu de la richesse du continent en terme de musique, je ne comprends pas l’abondance de sonorités hip-hop usa et même dans la bande annonce rien ne rappelle l’Afrique.

Nous aimons les films de super héros pour la baston mais quand on entend super héros africain on ne s’attend pas avoir un homme pratiquant du judo ou du karaté japonais ni du kung-fu mais des arts connus d’Afrique la lutte pure. Le producteur s’ est certainement dit que nos ancêtres venaient à bout des lions avec de prises de judo?

En octroyant le premier rôle à un monarque africain, l’éditeur de comics Marvel avait en son temps révolutionné l’approche super-héroïque dans ses comics. Pour le premier volet de ses aventures cinématographiques, Black Panther méritait mieux, et l’Afrique aussi

Population mondiale: Des Hommes en trop ?

Et si jamais  les guerres, les migrations, les crimes se justifiaient par un nombre incontrôlable d’Hommes sur terre?

Image result for surpopulation

Avant de commencé, faisons un peu d’histoire.

Notre petite planète bleue n’a pas toujours été si peuplée. En effet, elle comptait à l’époque des pyramides, moins de 3 millions d’individus. Ce n’est que 4 milles ans après que le monde abritera un milliard d’habitants. Près de 80 ans plus tard, et bien ont est passé au double.  45 ans ensuite, alors que l’on construisait encore le (world trade centers) en Amérique,  elle avait doublée  et passait ainsi  à 4 milliards d’habitants.  Chaque années, la population mondiale se multiplie exponentiellement.

Aujourd’hui, nous sommes plus de 7,6 milliards d’êtres humains sur Terre (dernière révision des Nations unies, dans son rapport de juin 2017). Selon les dernières projections, nous serons 9,5 milliards d’ici 2050. On peut expliquer ces prévisions par l’explosion démographique des pays émergents et l’allongement de la durée de vie dans les pays développés.

Il semble évident que le monde tel qu’on le vit aujourd’hui a du mal à gérer ces 7,6 milliards d’habitants. Imaginons nous un seul instant que le journal du soir confirme que la population mondiale a doublée. L’or, le pétrole, le diamant et toutes autres forme de matériaux précieux à ce jour perdraient de signification face à la rareté dont l’eau fera preuve. Manger, boire être logé… tout les biens premiers*   seront remis sur la balance du privilège. Des hypothèses telles que l’occupation de Mars seront les bienvenues.  Et comme certains réalisateurs le montre déjà à suffisance, des méthodes politiques d’épuration terrestre appliquées et des mesures aux rang desquelles: un seul enfant par famille pourront être infligées.

Sur le plan scientifique des méthodes encore plus drastiques pourront alors voir le jour:  expérience sur des personnes jugées illégale comme le présente le film « the seven sisters »., des gens né en trop: Alors que seul un enfant est autorisé. Les parents qui attendent des jumeaux sont plongés dans l’enfer du choix « lequel des jumeaux est censé être coupable d’être né après l’autre »?

ici le lien du film qui raconte l’histoire d’une famille de 7 filles qui essayent tant bien que mal d’ échapper au jugement de la surpopulation mondiale.http://www.hds.to/films/seven-sisters-2017-streaming.php  

Quoiqu’il en soit, le sujet retient l’intérêt de tous, et bien entendu, si toi tu as des apports, n’hésite pas a contribuer.

Le rendez-vous avec l'info